Les lisses Texsolv : un bon choix?

par Catherine Malichecq

Les lisses Texsolv  sont peu répandues au Québec — probablement parce que la grande majorité des métiers qui y sont fabriqués proposent, par défaut, des aiguilles en métal à une exception près. Méconnues, elles n’ont pas toujours bonne presse et pourtant, elles présentent des avantages non négligeables. Pour certains, elles surpassent même les lisses en métal ; nous vous racontons pourquoi.

Avant d’aborder les avantages, parlons de ces lisses, de leur histoire et de leur provenance.
Texsolv, c’est une entreprise suédoise. Fondée en 1977 par Sune Ivarsson et appartenant aujourd’hui à son fils Thomas, elle propose le système Texlov : des lisses, de la corde à œillets et divers types de broches, un ensemble de produits spécialement conçus pour le tissage. Actuellement, partout dans le monde, le nombre de fabricants de métiers utilisant ces produits est en croissance constante, et pour cause, le système Texsolv est efficace.

Les lisses — « solv » en suédois – sont en polyester crocheté sans nœuds. Cette caractéristique leur confère une durabilité extrême.
Leur conception permet de les installer très facilement sur les cadres. Effectivement, elles se déclinent en lot (le plus souvent de 100 unités) et sont liées les unes aux autres en haut et en bas par un fin cordon. Les avis divergent, quant à l’utilisation de ces cordons : certains fabricants préconisent de les couper avant utilisation, ce qui facilite beaucoup l’utilisation, selon moi, en particulier lors des enfilages non suivis ou sur des métiers multi cadres.

D’autres avantages sont à souligner à propos de ces lisses.
Premièrement, le bruit, ou plutôt l’absence de bruit : la vibration des aiguilles contre les cadres disparaît totalement grâce à ces lisses en polyester, ce qui est, à mon sens, très agréable.
Deuxièmement, leur conception réduit les frictions et préserve par le fait même les fils de chaîne. Autre point par rapport à la conception, elle permet un enfilage facile et rapide qui ne requiert pas forcément l’utilisation d’une passette. Un simple mouvement avec les doigts permet d’attraper et de passer le fils dans la partie centrale de la lisse. Avec l’habitude, le gain de temps est non négligeable.

Troisièmement, les lisses en excédent peuvent demeurer sur les cadres, car elles se tassent facilement sur les côtés, prenant peu d’espace et n’ajoutant aucun poids inutile.

Enfin, pour ceux qui le souhaitent, il est possible de les teindre partiellement, ce qui pourrait aider à réduire les erreurs, par exemple sur les multi cadres.

Quant aux inconvénients, il y en a peut-être, mais pour le moment, ils semblent difficiles à trouver!

Voir les lisses pour les métiers Ashford
Voir les lisses pour les métiers Louët

 


Article précédent Article suivant